Début de l'A.Van.Ture

Le commencement

Nous y voici, la première page de notre journal, l’histoire qui raconte comment tout à commencer, comment nous nous sommes lancés dans cette folle aventure et comment nous avons défini le fourgon de nos rêves. Suivez-nous, on vous raconte tout.

En quelques chiffres

- Combien ça fait exactement -

Quelques jours

Le temps qu'on a discuté du projet

Quelques heures

Le temps qu'on a mis à se décider

Quelques semaines

Le temps qu'on a passé à faire des recherches

Quelques mois

Le temps qu'on a mis à trouver notre Missy

Sommaire

I n t r o d u c t i o n

Au commencement, toute cette aventure de slow travel en van aménagé à travers le monde et ses merveilles était mon rêve. Dany quand à lui adorait déjà voyager, en sac à dos, quelques semaines pendant les vacances, il n’avait jamais vraiment pensé à se lancer dans une vie itinérante.

Après notre rencontre, nous avons donc beaucoup échangé sur ce projet. Toute cette affaire à très vite séduit notre nouvel arrivant. Quelques questions le turlupinaient encore mais on est très vite tombé d’accord sur une chose: on voulait vivre ce rêve ensemble.
 
Nous avons donc entamé quelques recherches sur les différents types de van et les propositions qui s’offraient à nous. Il faut bien se lancer à un moment, et on a décidé d’entamer notre a.van.ture par ça.
 
Voici ce que nous avons trouvé :

Les différentes options

- Le choix est déjà difficile -

Avant toute chose, il faut savoir que lorsqu’on s’est lancé dans ce projet il y a maintenant 4 ans, la vanlife n’était pas encore à la mode, il n’y avait pas tous ces sites formidables qui existent aujourd’hui, tous ces forums d’entraide sur les réseaux sociaux et trouver toutes ces informations a été le fruit d’une recherche intensive à travers la toile, des heures et des heures passées à décortiquer le peu d’infos à disposition.

Le premier choix qui s’est présenté à nous était celui du type de véhicule avec lequel on voulait voyager…Devions-nous prendre un véhicule déjà aménager? un petit camping car? un fourgon avec un coffre vide où tout était encore à faire? Voici ce qu’il est ressorti des ces options :

Le fourgon déjà aménagé

De prime abord, cette option nous semblait être la plus évidente et la plus simple. Tout était déjà installé et homologué (donc pas besoin de se tracasser avec l’administratif), on se voyait déjà posé nos affaires et partir à l’aventure.

Malheureusement pour nous, notre enthousiasme pour ce genre de véhicule est vite retombé après quelques recherches sur les sites d’annonce, le ratio prix/kilométrage pour un véhicule d’occasion était bien trop important pour un projet comme le notre.

Pour ceux qui ont un bon budget et/ou qui trouverait, au hasard d’une annonce la perle rare, cette option est à considérer sérieusement pour s’assurer une vrai tranquillité d’esprit.

Le petit camping car
Nous n’avons pas envisagé cette option très longtemps, certes comme pour le fourgon déjà aménagé, cette option nous paraissait des plus pertinentes, on posait nos affaires et on partait en vadrouille mais que nenni mes petits baroudeurs. Ce type de véhicule ne correspondait pas du tout au type de voyage « éthique et écolo » que nous envisagions, toilettes chimique, consommation d’électricité et de carburant plus élevée, etc, etc…
 
De plus, avec ce genre de véhicule, il faut dans la plupart des cas stationner dans des endroits prévus à cet effet afin de pouvoir vidanger caissette WC et eaux grises (ou eaux usées). 
 
Voulant être le plus autonome possible, nous avons donc regarder ce que nous proposait le troisième type de véhicule que nous avions trouver pendant nos recherches.
Le fourgon à aménagé

Voici le dernier choix que nous envisagions. Après quelques temps de réflexion (beaucoup de temps en fait), nous nous sommes décidés pour cette option.

Mais pourquoi Fred? Me demanderiez-vous.

Et bien, je vais vous le dire! Une des raisons qui nous a fait chavirer de ce côté, c’est qu’on voulait un fourgon à notre image, un peu excentrique, différent du commun des fourgons qu’on voit partout, économe et essayant de limité son impact sur la nature.

Par conséquent, la 2ème raison est, vous devez vous en douter, écologique. On voulait limité au maximum nos capacités en eau, en électricité, choisir des matériaux de récup et le plus important avec une toilette sèche. 

La 3ème raison est éthique. Étant une fervente partisante du droit des animaux, je ne souhaitais pas utiliser de matériaux issus de leur exploitation.

Le budget est également une raison prise en compte. Le coût achat/aménagement nous revenait au même prix qu’un fourgon déjà aménagé mais avec beaucoup moins de kilomètres. Et je dois vous avouez que même si on avait pris quelque chose déjà fait, on aurait quand même refait quelques travaux, donc autant mieux partir d’une toile vierge.

« Quand quelqu’un prend une décision, il se plonge en fait dans un courant impétueux qui l’emporte vers une destination qu’il n’a jamais entrevue, même en rêve. »

Paulo Coelho

Les dénominations

- L'étape qui pose encore des questions -

Le 1er choix était fait (préparez-vous car l’aménagement ou l’achat d’un fourgon génère des choix en chaine dont on a l’impression de ne jamais voir le bout, vous n’imaginez même pas le supplice que ça a été pour une éternelle indécise comme moi qui s’est toujours arrangée pour que les autres prennent les décisions à sa place! Et ne me demandez pas ce que faisait Dany. Connaissant mon petit secret (au fait n’en parlez à personne, je compte sur vous), il s’est gentiment amusé à me regarder me triturer les méninges pendant des jours avant de me donner ses préférences afin de ne pas influencer mes « décisions »).

Cette parenthèse étant close, rentrons dans le vif du sujet : les différents modèles de fourgon. Je vais essayer de vous expliquer ça.  Donc, la plupart des constructeurs utilisent une dénomination spéciale pour distinguer les différentes tailles de fourgons L1H1, L2H1, L2H3, etc… Pas d’inquiétude, derrière ces termes qui peuvent vous paraitre barbare,  il n’y a en fait rien de spécial qui doit vous effrayer. Comme en mathématiques, le « L » désigne la longueur et le « H » la hauteur, pour ce qui est des chiffres de 1 à 3 pour la hauteur et de 1 à 4 pour la longueur (il me semble), ils désignent l’échelle de grandeur (genre la fille vous dit ça comme si c’était une évidence alors qu’il lui a fallu chercher ce que ça voulait dire). Toutefois attention car d’un constructeur à l’autre et pour un même type de fourgon, la taille peut être légèrement différente.

Avoir toutes ces données est un bon début, mais afin de pouvoir vous décidez, il vous faudra tout d’abord définir l’utilisation que vous souhaitez faire de votre van: campagne, route, ville, montagne, etc… mais aussi faire une liste des équipements que vous souhaiteriez avoir à bords, on ne peut que vous conseiller de faire une ébauche de plan de votre aménagement afin de définir au plus juste la taille dont vous pourriez avoir besoin

- Les modèles -

Le L1H1/H2

La version la plus compacte. Passe partout et aussi facile à manipuler qu’une voiture, il peut se garer n’importe où. On y fait tenir l’essentiel : un lit convertible, de quoi mettre quelques affaires et un petit coin cuisine. Des kits sont vendus pour ce genre de modèle comme les kits de chez kapam
ou de chez combeing et bien évidemment on peut également faire l’aménagement soi-même. Le plus gros inconvénient du L1H1 selon nous c’est qu’on y tient pas debout, bien sûr vous pouvez palier à ce problème en vous tournant vers un H2, mais clairement on ne se voyait pas faire un tour du monde avec un véhicule dans lequel on ne peut pas circuler (et oui! on tenait à ce petit confort), mais sachez que cette observation est tout à fait subjective et que beaucoup réalise leur voyage avec ce type de véhicule sans aucun problème.

Le L2H2/H3

Le L2H2 est le modèle le plus répandu à ce qu’on a pu constater lors de nos recherches. Sa taille permettra d’ajouter quelques éléments de confort supplémentaires tels qu’un lit fixe, de plus grands espaces de rangement, une douche…et, la position debout est possible dans ce type de véhicule (enfin pas si vous partez sur un H1 évidemment).

Le L2H3 garde les mêmes avantages que le L2H2 avec une hauteur un peu plus importante.

Ces deux types de fourgon se conduisent très bien et se garent encore aisément en ville. Le seul inconvénient qu’on a trouvé à ces modèles c’est qu’on ne passe plus les parkings souterrains (déconvenue rencontrée en Espagne) et certains parkings (supermarché, magasin de bricolage, etc…) munis d’une barre de hauteur.

Le L3H2/H3

Le modèle le plus spacieux. Dans ce type de fourgon, on peut vraiment faire un aménagement des plus confortable et y accueillir des occupants supplémentaires. Mais en y gagnant en confort, on y perd en logistique. La maniabilité, les endroits pour se garer et la circulation en ville se faisant plus difficilement avec un L3H2/H3, on s’est vite rendu compte que sa taille ressemblait fortement à celle d’un petit camping-car et qu’il serait difficile pour nous d’avoir toute l’autonomie et la liberté à laquelle on prétendait. Il faut également prendre en compte que la consommation de carburant augmentera avec la taille et le poids du véhicule.

On espère que notre petit partage de connaissance vous facilitera ce début de recherche. Il n’est pas toujours aiser de se décider en ce qui concerne le modèle de véhicule dans lequel on va passer beaucoup de temps. Toutefois, on doit vous prévenir que l’aménagement d’un fourgon est parfois long et décourageant, il faut bien être au fait que pour des novices, ça pourra être parfois décourageant, surtout sur les 1ères étapes.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à nous laisser un commentaire, à partager vos expériences avec nous et à aller jeter un œil à nos réseaux sociaux.

Et n’oubliez pas, le bonheur est souvent au bout du chemin…

C o n c l u s i o n

On récapitule

- Et en gros -

Follow us on social